Unanimes quant à l’importance d’une approche durable de l’agriculture, consommateurs et agriculteurs se divisent sur ses priorités, reflets de leurs préoccupations : environnementales pour les Belges et économiques pour les agriculteurs

Dans le cadre de la Foire de Libramont, CBC Banque dévoile les résultats de son Observatoire « Les Belges et la durabilité du monde agricole » (1) et présente son outil de diagnostic de durabilité unique en Wallonie

Lundi 23 juillet 2018

  • Plus de 90% des Belges et des agriculteurs s’accordent sur l’importance d’une approche durable de l’agriculture. C’est une approche que déclarent connaître 2/3 des Belges, tandis qu’1/3 des agriculteurs déclarent connaître les 3 piliers qui la composent, à savoir l’économique, l’environnemental et le social.

  • Si l’Agriculture durable jouit d’une bonne connaissance spontanée, la connaissance réelle s’avère partielle et l’importance de ces 3 piliers n’est pas perçue de la même façon. Cette division reflète en réalité les préoccupations majeures de chacune des parties.

  • Pour les Belges, l’Agriculture durable répond avant tout à des préoccupations environnementales (65%). Les préoccupations sociales (17%) et économiques (15%) arrivent très loin derrière. Par contre, les considérations économiques l’emportent pour les agriculteurs (62%), loin devant l’environnemental (22%) et le social (12%).

  • L’Agriculture durable est un moyen de réflexion sur le devenir des exploitations agricoles et plus largement sur la vie des campagnes de demain et la manière de nourrir la population. Ce pourquoi, à la veille de la Foire de Libramont qui pose la question « Qui nourrira nos villes demain? », CBC Banque présente en exclusivité son « Diagnostic de Durabilité du Monde Agricole », un outil inédit en Belgique permettant d’évaluer la durabilité des exploitations agricoles sur les 3 piliers. L’application sera d’abord mise à disposition dès le mois d’octobre 2018 aux 5.000 exploitations partenaires et ensuite ouverte à tous en 2019.

L’Agriculture durable, facteur de réassurance pour les Belges et de viabilité économique pour les agriculteurs

Selon l’Observatoire CBC, 2/3 des Belges ont déjà entendu parler d’Agriculture durable et ils sont plus de 90% à y accorder de l’importance. Le constat est le même du côté des agriculteurs : plus de 9 agriculteurs sur 10 (94%) sont soucieux que leur exploitation soit durable et 1/3 des agriculteurs déclarent connaître les 3 piliers qui la composent, à savoir l’économique, l’environnemental et le social.

Derrière cette unanimité autour de l’importance de ce mode de production, l’Agriculture durable divise dans les priorités accordées à ses 3 piliers. L’environnemental est en effet prioritaire aux yeux des Belges (65%) devant le social (17%) et l’économique (15%), tandis que les considérations économiques l’emportent pour les agriculteurs (62%) devant l’environnemental (22%) et le pilier social (12%).

Les scandales alimentaires des 20 dernières années ont développé une méfiance des Belges dans les produits alimentaires qu’ils achètent au quotidien. Dans ce contexte de méfiance, l’Agriculture durable est perçue par les Belges comme un facteur de réassurance, fort des préoccupations environnementales qu’une approche durable colporte avec elle : respect de l’environnement et de la santé, préservation des ressources naturelles (sols, eau, air), conservation et amélioration de la biodiversité … Et il n’est alors pas étonnant que  89% des Belges se déclarent sensible à l’existence d’un label « Agriculture locale Durable ».

« Bien que la notion d’Agriculture durable anime les réflexions politiques depuis de nombreuses années, son application dans la pratique reste un réel défi ! Pourquoi ? Notamment parce que consommateurs et producteurs ne se rejoignent pas totalement dans leurs premières nécessités. Il n’est pas étonnant que le producteur dont c’est le gagne-pain voit une priorité dans sa viabilité économique et que les Belges soient soucieux de ce qui compose leur assiette. Cette division reflète en réalité leurs préoccupations majeures quotidiennes » commente Caroline Devillers, Responsable Agri chez CBC Banque.  

Le Professeur Luc Pussemier, expert international en évaluation des risques sanitaires et environnementaux, ajoute : « Tout le monde est convaincu que l’agriculture de demain devra être plus « durable ». Les piliers économique et environnemental font partie de la réalité quotidienne et de nombreux efforts sont consentis pour les renforcer. En revanche, on a tendance à délaisser le troisième pilier, celui qui rassemble la production de matières premières alimentaires en suffisance, l’amélioration de la qualité de l’alimentation, le bien-être des agriculteurs et la communication. La création d’un label « Agriculture Durable » pourrait renforcer l’indispensable synergie entre viabilité économique, respect de la planète et image de l’agriculture pour le plus grand bénéfice de l’ensemble des acteurs et bien sûr de la société. »

« Les 3 piliers sont effectivement indissociables par définition ! Les consommateurs doivent plus se soucier de la santé économique des agriculteurs et de l’aspect social de l’alimentation car ce sont eux qui nourriront nos villes demain, tant en termes de quantité que de qualité. Et les producteurs doivent se servir du pilier environnemental comme un levier pour augmenter leur ventes et leur qualité de vie. » ajoute Caroline Devillers

Un outil objectif de diagnostic de l’Agriculture durable

Si les Belges plébiscitent un Label « Agriculture locale durable », de leur côté une grande majorité d’agriculteurs (62%) pensent que l’Agriculture durable constitue un argument marketing intéressant. Mais aujourd’hui, force est de constater qu’il est difficile de mesurer la durabilité des exploitations agricoles. Or selon l’Observatoire CBC, une large majorité des agriculteurs répondants souhaitent l’améliorer. « Nous accompagnons 1 agriculteur sur 2 en Wallonie et ces derniers expriment le besoin d’être conseillés dans leur réflexion pour plus de durabilité de leurs exploitations. » conclut Caroline Devillers. Dans le cadre de la Foire de Libramont, CBC Banque présentera son « Diagnostic de Durabilité du Monde Agricole » un outil permettant d’évaluer la durabilité des exploitations agricoles sur ces 3 piliers. Cet outil sera mis à disposition des 5.000 exploitations partenaires de CBC puis disponible plus largement dans le courant de l’année 2019.

***

[1] Etude réalisée en juin 2018 par le bureau d’étude Ipsos auprès d’un échantillon de 2200 Belges et plus de 400 exploitants.